Reprise économique

Publié le par Nathalie

Bonjour, un petit article issu du Paris Normandie et évoquant la reprise économique (un peu d'optimisme en ces temps ne fait pas de mal).

"Comme chaque année, il est indispensable de rappeler que les intentions d’embauche ne sont pas des offres d’emploi avérées, déposées dans les agences Pôle emploi. Elles ne demandent qu’à se concrétiser.

Mais la réalité est plutôt encourageante, puisque sur les 52 700 établissements haut-normands interrogés (10 300 ont répondu), 16,6 % disent avoir l’intention de recruter en 2015, avec à la clef 27 315 projets (+ 1 200 par rapport à 2014).

Géographiquement, l’Eure affiche 7 385 intentions d’embauche, la Seine-Maritime 19 930. Le bassin de Rouen reste le plus gros recruteur de la région, avec 32 % des intentions d’embauche, suivi par ceux du Havre, d’Évreux, du Caux-Maritime, du pays de Caux, de Louviers, de Vernon...

Des emplois d’abord dans les services Que recherchent les entreprises ?

« Principalement des collaborateurs dans les services, avec 16 800 projets.

Le secteur sanitaire et social, en particulier, reste le premier réservoir d’emplois de la région avec 4 100 intentions d’embauche », commente Frédérique Pellier qui restitue l’étude pour Pôle emploi.

Bémol : les services sont le seul secteur dont le nombre de projets diminue (- 600 embauches).

Par ailleurs, 3 600 intentions d’embauche concernent le commerce, soit 700 projets supplémentaires.

Avec 2 000 projets formulés pour 2015, l’industrie agroalimentaire et l’agriculture enregistrent la plus forte hausse annuelle : + 34 %, correspondant à un potentiel de 500 embauches supplémentaires.

Concernant les métiers, ceux qui étaient les recherchés en 2014 restent en pôle position cette année : les agents d’entretien de locaux se maintiennent en tête du classement avec 1 700 besoins exprimés.

La demande reste forte pour les aides à domicile et aides ménagères mais accuse toutefois un fort recul.

Avec près de 1 000 besoins de recrutement, les employés de libre-service deviennent le troisième métier le plus recherché (+ 400 projets).

Pour la troisième année consécutive, les employeurs haut-normands prévoient moins de difficultés de recrutement : seul un quart des embauches est jugé difficile par les employeurs, contre près d’un tiers l’an passé.

Cette baisse concerne l’ensemble des secteurs mais est plus particulièrement marquée dans la construction et l’ensemble industrie agroalimentaire/agriculture (-16 points chacun).

23 % des projets de recrutement ont un caractère saisonnier, contre 24 % en 2014. Cette proportion atteint 49 % dans l’industrie agroalimentaire et l’agriculture.

L’enquête révèle par ailleurs que l’augmentation des recrutements prévus (+ 1 200 projets) s’accompagne d’une modification des motifs de recrutement. Alors qu’en 2014, les recrutements sont liés à une nouvelle activité ou à une augmentation d’activité (66 %), les remplacements deviennent cette année presque aussi importants, soit 27 % des recrutements faisant suite à des départs et 21 % à des absences ponctuelles.

Quoi qu’il en soit, le directeur régional de Pôle emploi, Thierry Lemerle, parle d’un frémissement d’activité pour la Haute-Normandie. « C’est l’une des premières années où l’on voit un taux important d’intentions d’embauche. » L’emploi des jeunes se porte mieux d’ailleurs.

Du coup, « le vrai sujet, c’est le chômage de longue durée et des seniors, ajoute Thierry Lemerle. D’où un plan d’actions signé avec l’État et la Région Haute-Normandie. »

Le recours à 80 chargés de mission tournés vers les entreprises est une autre priorité 2015, dans une région qui reste très industrielle. À charge pour eux d’anticiper sur les besoins."

Marc BRAUN m.braun@presse-normande.com

Publié dans Activité économique

Commenter cet article